Festival

La musique au cœur du jeu vidéo

publié le 9 septembre 2020

Au même titre que les bandes originales de film sont mythiques, la musique est devenue une composante essentielle du jeu vidéo. Du simple « bip », aux big band et orchestres symphoniques, boostée par les nouvelles technologies, elle a parcouru un long chemin depuis ses débuts.
Souvent relayée au second plan, la musique dans les jeux vidéo accompagne du début à la fin le joueur. Elle pose le cadre, l’ambiance, les différents niveaux, participe à la narration et immerge le joueur dans l’univers du jeu dans lequel il évolue. C’est une véritable alliée.

 

Une brève histoire de la musique de jeu vidéo

La musique de jeu vidéo est apparue en même temps que les premiers jeux vidéo commercialisés, en 1972. Pong, est considéré comme le premier jeu vidéo à succès. Il est aussi considéré comme le premier jeu avec du son. Un simple bip électronique qui se déclenchait lorsque le joueur touchait la balle de ping-pong. Jusqu’en 1985, seulement une dizaine de sons était possible grâce à des puces électroniques. Elles formaient les premières mélodies de musique de jeux vidéo, la musique chiptune ou 8 bits.
À partir de années 90, les avancées technologiques couplées à une forte croissance de l’industrie vidéoludique provoquent une prise de conscience au sein des entreprises de production qui souhaitent améliorer la qualité des bandes sonores de leurs jeux vidéo. Elles sont alors confiées à des personnes ayant une plus grande expérience musicale comme par exemple Koji Kondo pour Super Marios Bros. et The Legend of Zelda ou Nobuo Uematsu pour la saga Final Fantasy, que vous aurez l’occasion d’entendre lors de la Nuit du Gesu par le Grissini Project.

La musique de jeu vidéo est dépendante des avancées technologiques. Les compositeurs ont souvent été contraints dans leur travail à se limiter à de simples mélodies et ont dû se contenter d’une musique remplissant le rôle de « tapis sonore ». Les progrès technologiques avançant avec le temps, l’apparition du CD-ROM et l’augmentation des capacités de mémoire ont permis aux compositeurs de se libérer de ses contraintes techniques et ainsi de produire des musiques de jeu vidéo dignes des plus grands films hollywoodiens : orchestres symphoniques, chœurs, samples électroniques…

 

De l’agréable à l’utile

La musique de jeu vidéo eut dès le départ l’objectif de créer un univers et une ambiance. Il faut dire que les graphismes austères des années 80 avaient besoin d’une autre source d’imagination. Mais la musique de jeux vidéo est aussi une source d’information et d’interaction importante pour le joueur. Bien souvent de manière inconsciente, la construction musicale ainsi que les bruitages vont être associés à des événements précis de la narration pour entraîner diverses réactions chez le joueur : satisfaction, angoisse, concentration… La musique n’est pas seulement là pour satisfaire l’oreille et combler un silence, elle remplit un rôle essentiel dans le jeu vidéo, celui de canal d’information.

 

Un genre à part entière ?

Comme pour le cinéma, la musique de jeu vidéo dépend d’un support et d’une œuvre. À la différence que celle-ci doit s’adapter en direct à l’action qui se déroule à l’écran. Elle est donc interactive et adaptative, un aspect qui doit être pris en compte lors de sa composition.
En ce qui concerne son esthétique, cela va de l’opéra (Final Fantasy VII, Nobuo Uematsu, 1997) jusqu’au Rock (Silent Hill, Akira Yamaoka, 1999) en passant par le jazz (L.A. Noire, Andrew Hale, 2011) et la musique électro-orchestrale (Call of Duty, Michael Gioacchino, 2003) ! Des styles bien éclectiques qui s’affichent tous sous la bannière de musique de jeux vidéo.

« Au même titre que la musique de film, dont elle est une cousine, la musique de jeu ne doit donc pas être pensée en tant que genre, mais en tant qu’approche. Elle existe comme composante d’une œuvre, et ne se définit que par rapport au rôle qui lui a été assigné » conclut Damien Mécheri dans son ouvrage Video Game Music.

La nuit du Gesu du 25e Festival international Toulouse les Orgues sera dédiée à la musique de jeu vidéo avec la venue du Grissini Project. La musique est arrangée et interprété par Romain Vaudé, accompagnée de la soprano Alice Duport-Percier et mise en image par Daniel Sicard. Le Grissini Project vous peindra un portrait musical des plus grandes compositions de la musique de jeu vidéo, de l’incontournable Super Mario Bros. à la saga Final Fantasy !

 

Nuit du Gesu : Grissini Project
Jeudi 15 octobre
22h30 – Église du Gesu


Sources
• MECHERI, Damien, Video game music : Histoire de la musique de jeu vidéo, Houdan, Pix’n love Editions, 2014.
• FRITSCH, Mélanie, « History of Video Game Music », in MOORMANN, Peter, (dir.) Music and game / Perspectives on a popular alliance, Berlin, University of Würzburg, 2013.
• SARRAIL–BRASSENS, Tom, La musique comme « bâtisseur de monde » dans Assassin’s Creed IV : Black Flag, mémoire de recherche, musicologie, Université Toulouse Jean-Jaurès, 2019.

Vous aimerez également

Quartiers d'été

Les programmes de salle de la 25e édition

Retrouvez ici tous les programmes de salle des con...

Quartiers d'été

Loriane Llorca, « au service de la musique et de l’art »

Loriane Llorca, jeune organiste, est de retour à ...

Quartiers d'été

MESURES SANITAIRES – FESTIVAL

Pour allier plaisir musical et sérénité L’éq...