L’église du Gesu

Nichée dans le quartier des Carmes à Toulouse, l’église du Gesu, construite en 1860 par les Jésuites, appartient aujourd’hui à la Ville de Toulouse. Désaffectée du culte, elle est désormais dédiée à la musique puisqu’elle abrite plusieurs associations culturelles liées à la musique classique : Toulouse les Orgues, l’Ensemble Baroque de Toulouse, les Sacqueboutiers, Antiphona et Les Arts Renaissants. L’église du Gesu est ouverte pour les journées du patrimoine et lors des manifestations menées par chacune des structures et fermée au public en dehors de ces activités.

/// Histoire

L’église du Gesu tient son nom des Jésuites, qui sont à l’origine de sa construction. La compagnie de Jésus a acheté en 1853 l’ancien hôtel de la Sénéchaussée et un vaste terrain. Après la démolition de l’hôtel et d’une partie importante de l’ancien rempart gallo-romain de la ville, elle charge l’architecte Henri Bach de la construction d’une grande église dans le style néogothique et d’un noviciat. L’église, non paroissiale, est tour à tour ouverte au public puis fermée puis ré-ouverte et fermée de nouveau. Les jésuites vont ensuite accueillir dans l’une des parties du noviciat l’école Saint-Stanislas. La communauté se réduisant, ils quitteront toutes leurs activités et vendront l’église à la Ville et l’ancien noviciat au Diocèse. La Ville, après quelques de travaux de restauration et de mise aux normes, fera de l’église un lieu pour l’orgue et pour la musique. Le Gesu accueille aujourd’hui des concerts et est un lieu de travail et de répétitions pour les ensembles musicaux et structures présents à l’année.

/// Architecture et décors

L’architecte Henri Bach s’inspire de l’art du XIIIe siècle et réalise sur le plan stylistique une fusion entre le gothique du nord et la production méridionale (style néogothique méridional languedocien). Si l’extérieur est épuré, l’intérieur est polychrome et son décor associe motifs floraux, géométriques, architecturaux et citations bibliques. Les peintures murales sont l’œuvre du jésuite Auguste Bach (1819-1890), frère de l’architecte, et les nombreux vitraux sont signés du toulousain Louis-Victor Gesta (d’après les cartons du peintre Bernard Bénézet). L’église du Gesu est inscrite à ce titre (vitraux et décor peint) à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1994.

/// Un orgue Cavaillé-Coll

En savoir plus sur l’histoire du Gesu : télécharger le pdfL’église du Gesu abrite également un orgue Cavaillé-Coll construit en 1864 et classé monument historique en 1977. C’est après la reconstruction du grand-orgue de la Cathédrale Saint-Étienne en 1852, qu’Aristide Cavaillé-Coll érige en 1864 cet instrument neuf inauguré par Lefébure-Wély. Le buffet néo-gothique, avec ses deux plates-faces et ses trois tourelles en tiers-point, renferme un orgue de vingt-quatre jeux répartis sur deux claviers manuels et un pédalier. Sa composition est caractéristique de la seconde manière de Cavaillé-Coll. Cet instrument méconnu est cependant un authentique chef-d’œuvre du célèbre facteur. Après avoir été entretenu plus de vingt ans par le facteur d’orgues Patrice Bellet, c’est désormais Jean Daldosso qui assure ses accords et ses réparations. En savoir plus sur l’histoire du Gesu : télécharger le pdf Ouverture de l’église le samedi des Journées du Patrimoine et lors des concerts organisés par les associations. La Mairie de Toulouse gère les demandes extérieures de mises à disposition de l’église du Gesu.

Vous souhaitez en savoir plus ?

contactez-nous